Les troubles bipolaires aujourd’hui

Les troubles bipolaires aujourd’hui

Une émission de France Culture abordait aujourd’hui les troubles bipolaires, voici la retranscription partielle de cette émission que j’ai trouvé intéressante !

La maladie bipolaire arrive aujourd’hui sur le devant de la connaissance. De nombreuses personnes publiques ont fait une sorte de « coming out » de leurs maladies mentales : B Poelvoorde, C. Zeta Jone, le peintre Garouste, etc. Le fait de dévoiler sa bipolarité au grand public permet d’aborder simplement cette maladie mentale, d’en parler plus librement et de dissiper les malentendus.

Plusieurs signes cliniques sont caractéristiques des troubles bipolaires. Par exemple, les processus cognitifs de la pensée s’accélèrent chez les patients. Ils se mettent à penser très vite en début de phase d’exaltation, c’est très jouissif pour eux, certains parlent d’intelligence cristalline, cela leur donne un sentiment de toute puissance, d’invulnérabilité, toutes les inhibitions sont bousculées.

L’épisode maniaque dans les troubles bipolaires

Lorsqu’un épisode maniaque survient et s’accompagne de délires, l’individu est très confus, le peintre Garouste en parle très bien : « je ne produis pas quand je suis dans un état maniaque et délirant ». Au début de l’épisode, les patients ont une petite manie quand ils commencent à avoir des symptômes. C’est un sentiment de toute puissance parce que la pensée est plus rapide, les émotions sont ressenties plus vivement, les impressions d’intuition sont décuplées, ils sont plus audacieux,  recherchent tous les plaisirs, ce qui peut entraîner quelques conséquences délétères , des excès dans tous les domaines. C’est réellement un sentiment très positif pour le patient qui renonce parfois à quitter cet état, il peut y avoir une prise de conscience de sa part mais il n’a pas envie de sortir de cet état maniaque qui lui procure du plaisir et lui donne l’impression d’avoir augmenté ses performances cognitives.

La comorbidité dans les troubles bipolaires

Nous savons que, dans 50 % des cas, les patients bipolaires auront au cours de leur vie des problèmes d’addiction (alcool, cannabis). Dans les phases d’exaltation, la recherche de plaisir est orientée par des activités et des abus festifs tandis que, dans les phases dépressives, l’individu cherche un état euphorique afin de lever l’inhibition caractéristique de la dépression, les drogues, par exemple, pourront l’aider à surmonter son manque d’élan vital. Généralement, les dépressions dans les troubles de l’humeur sont très sévères. 

Les idées suicidaires sont permanentes dans la phase dépressive. Il faut savoir que les troubles bipolaires sont une pathologie qui tue 15% des patients non traités, les morts par suicide sont fréquentes. C’est une pathologie qu’il faut prendre en charge rapidement…

Je publierai la suite dans quelques semaines…

About the Author